• Joelle Fiss

Après la pandémie, repenser la Genève internationale

Voici mon article d’opinion dans le Temps d’aujourd’hui “Après la pandémie, repenser la Genève internationale". Un petit résumé?


En 2020, 3000 réunions internationales ont été remplacées par le virtuel. Tout le monde s’habitue au télétravail. Il y a de fortes chances que les rassemblements virtuels et “en présentiel" coexistent à l’avenir. Or, comment affirmer la valeur ajoutée de Genève en tant que ville-hôte incontournable après ces effets imprévus? Il est urgent de se pencher sur cette question.


D’abord, au niveau qualitatif, pour s’assurer que les réunions d'experts du monde entier se rassemblent ici, notamment dans les domaines de la santé, des technologies, des droits humains, de la paix et la sécurité, des affaires humanitaires et de la diplomatie.

Ensuite, au niveau quantitatif parce que la Genève internationale est essentielle à l’économie locale, à commencer par l’hôtellerie, la restauration et les transports. Un exemple: les organisations internationales ont dépensé plus de 3 milliards CHF par année sur sol suisse! (entre 2015-2019) Et selon une statistique (de 2012), la contribution totale de la Geneve internationale au PIB genevois s’élevait à plus de 11% et 14% de l’emploi du Canton!




Posts similaires

Voir tout